Historique

L’histoire de la Ligue pulmonaire vaudoise commence en 1906, en pleine épidémie de tuberculose. L’esprit de sa fondatrice Charlotte Olivier est toujours présent ! Aujourd’hui, une équipe pluri-disciplinaire accompagne les personnes en traitement pour une maladie respiratoire.

Historique en 4 dates

1906 : Ligue vaudoise contre la tuberculose

1949 : Débuts du camion de radiophotographies

1973: Ligue vaudoise contre la tuberculose et les maladies pulmonaires

1997: Ligue pulmonaire vaudoise (LPV)

Aujourd’hui, la LPV accompagne plus de 13’000 personnes dans leur thérapie avec du conseil social et de la prévention. L’esprit de la fondatrice, Charlotte Olivier est toujours présent!

Les missions

Lors de sa création par sa commission centrale suisse pour la lutte contre la tuberculose, la Ligue a 3 missions principales :

  • lutter contre la tuberculose (800 décès/an dans le canton)
  • secourir les malades en distribuant du lait et des bons de viande
  • lutter pour que les enfants ne soient plus obligés de balayer les salles d’école

Les débuts sont très difficiles car la démarche intéresse peu de monde..!

Aujourd’hui, la Ligue pulmonaire vaudoise a pour mission de sensibiliser la population à sa santé pulmonaire et de promouvoir la santé respiratoire de manière large. Elle agit pour cela dans les domaines suivants:

Charlotte Olivier(1864-1945)

Charlotte Olivier, médecin diplômée à Lausanne en 1898 s’investit beaucoup dans une action interdisciplinaire pour lutter contre la tuberculose. Elle s’appuie sur la Ligue vaudoise contre la tuberculose et sur l’Union des femmes, qui deviennent les fers de lance de son action. Ces deux organismes lui permettent de diffuser une large information sur les causes de la maladie et d’inciter la population à veiller à ses habitudes d’hygiène.

Elle cherche aussi à développer la prévention et forme des infirmières visiteuses, à vocation à la fois médicale et sociale. C’est une véritable pratique de santé publique qu’elle met ainsi sur pied. Enfin, par des enquêtes dans les foyers, elle incite le canton de Vaud à adopter, en 1916, une loi sur la protection des enfants placés.

Grâce au travail accompli par la Ligue vaudoise contre la tuberculose, une subvention lui est octroyée par la Confédération en 1921 et une loi fédérale entrera en vigueur en 1928. Dès 1931, Charlotte Olivier devient médecin-conseil auprès de la Ligue et poursuivra, par ce biais, son action jusqu’à la fin de sa vie.

Charlotte Olivier et fillette historique